beauneSection dissoute rattachée à Couchey
Présentation de la ville de Beaune:beaune1

Beaune est une commune de 23 000 habitants, carrefour de communication depuis les temps préhistoriques. Ses fortifications datent du XV même siècle.

Les faits d’armes :

Durant la première guerre Mondiale s’y installe un hôpital militaire Américain. Le 16 juin a lieu les premiers bombardements de des 2e guerres mondiales qui provoquent une quarantaine de morts. La libération par l’ armée Française a lieu le 8 septembre 1944
Libération de Beaune 6 septembre Chalon-sur-Saône est totalement libéré, à 11 heures, les chars du 2ème cuirassier de la 1re DB reçoit l’ordre de se porter sur Beaune en passant par la forêt de Chagny. Les Allemands sont très forts, une très forte résistance dans le triangle Chagny Beaune.
Le 2ème peloton et le 3ème doivent mener l’attaque en progressant sur l’axe Bligny-Beaune.

7 septembre, 10 heures, l’attaque est partie, l’enfer est déclenché. les chars viennent de dépasser le pont et prennent le dispositif pour l’assaut sur Beaune.
Des chars ennemis tirent, trois chars sont touchés. L’ensemble du groupe s’est replié, beaucoup manquent à l’appel, des brulés sont dans les fossés, beaucoup de blessés éventrés qui hurlent.
Peu avant minuit, les Allemands parviennent à se faufiler, arrosent le coin à la mitrailleuse, puis le silence retombe sur le champ de bataille.
8 septembre 1944, vers huit heures, arrive dans l’ordre les chars, le Nevers, le Nîmes, le Nancy et le Marne, la progression se fera en perroquet, c’est-à-dire en gros par bonds, sous l’appui d’une partie du peloton. Rien en vue, pas un coup de feu, puis des groupes épars de gens, puis plus denses ils n’arrivent jusqu’à envahir la rue.
Beaune est libérée.

Ô, Beaune la jolie, exquise et adorable
Dans l’épanouissement d’un printemps radieux
Il monte de toi-même un charme inexprimable
Qui pénétra mon âme et qui ravit mes yeux

Sous les rosiers en fleur au parfum savoureux
Je te vis un matin et tu semblais la voie
D’un paradis terrestre unique et lumineux
Ô, Beaune la clarté, la chaleur et la joie
Nous aimons tes jardins, tes rues silencieuses
Tes solides Bastions au feuillage tremblant
Et toute la douceur d’un accueil charmant
Nous aimons ton sourire et nous sommes heureux
En te chérissant mieux pour ces jours de valeur
Nous pouvons te quitter, tu gardes notre cœur.

Mademoiselle Simone de Bastie

nous contacter

Section suivante